Rapa Nui : Lanterne du passé dans les mains du présent pour éclairer l’avenir…

Ka Tahi No Tatou !

C’est donc après bientôt deux mois d’aventures que nous trouvons le temps (et la force !) de clôturer la première étape de notre aventure, Rapa Nui et l’heure est venue pour nous d’essayer de synthétiser et de retranscrire au mieux toute la richesse et la beauté de ce petit caillou perdu au milieu de l’Océan Pacifique. 

Rapa Nui, c’est avant tout une culture forte et surtout un attachement à cette dernière. Sur l’île, on est Pascuan et on est fier de l’être ! On véhicule notre belle culture aux générations futures et surtout on la revendique ! La langue traditionnelle est enseignée à l’école dès le plus jeune âge et elle est pratiquée tout autour de l’île de manière courante et toutes les occasions sont bonnes pour converser et échanger en Rapa Nui.

C’est aussi un peuple très attaché à ses racines et a son appartenance à la Polynésie. En tant que Tahitiens, nous avons été accueillis comme des frères et des membres à part entière de la communauté et avons même été conviés à une cérémonie traditionnelle qui fût forte en émotion. Il ne fait aucun doute que nous repartons de ce petit bout de paradis plus Polynésiens que nous ne l’étions en arrivant !

Des paysages ressemblant à ceux des Marquises

Le Mana de l’île se ressent dès les premiers instant comme un murmure du passé rappelant sans cesse aux nouvelles générations l’importance de l’héritage culturel et historique qui leurs a été légué. 

Le peuple vit donc au contact de sa culture et donc, par voie de conséquences, de la nature et de son environnement. Résultat, moins de déchets dans les rues (comparé à Tahiti en tous les cas !), une réelle gestion des ressources marines, la mise en place d’une réelle politique d’éducation traditionnelle et environnementale (École Toki de Rapa Nui), une prise de conscience face à l’usage du plastique à la fois des organismes publiques mais aussi privés et la mise en place d’une grosse politique d’éducation dans le but de préserver à la fois le passé mais aussi le futur…  

Des couchers de Soleil presque aussi beaux que les notres!

Car en effet, derrière les images de cartes postales se cache aussi une autre réalité. L’île est gravement touchée par la pollution du plastique et chaque jour, ce sont des tonnes de micro-plastique et autres déchets qui viennent s’échouer sur les magnifiques côtes de l’île après avoir été charriés par les courants marins qui convergent en un vortex proche des côtes. La fréquentation touristique élevée a aussi un impact sur les sites historiques et sur la Vie sur l’île (génération de déchets, consommation de ressources…) et une politique d’immigration renforcée a due être mise en place afin de limiter le nombre de visites et surtout l’afflux de touristes du Monde entier qui souhaite rencontrer les Moaïs. Une lutte est aussi menée par une partie du peuple Rapa Nui afin de se réapproprier la gestion des parcs culturels qui sont actuellement gérés par le gouvernement Chilien. 

Une réalité qui vient apporter un certain contraste aux paysages magnifiques de l’île mais qui nous a permis de nous rendre compte de cet autre monde qui est souvent invisible au touriste tout en soulignant l’importance des initiatives positives existantes. 

#NoMasPlasticoRapaNui

C’est donc le cœur un peu lourd que nous concluons notre parenthèse Rapa Nui tout en se faisant la promesse de reposer un jour le pied sur ce joyau du Pacifique avec ses paysages magnifiques, ses sublimes couchés de Soleil, ses imposants et majestueux Moaïs mais surtout sa population avec le cœur sur la main qu’il est important de préserver…

Mais attendez, n’y aurait-il pas un festival tout les ans à Rapa Nui ?

Cet article a 1 commentaire

  1. Super vidéo et surtout super projet ^^
    Continuer de nous faire vivre cette belle aventure à travers vos vidéo, on attend aussi le making off les bro
    Courage pour la suite

Laisser un commentaire